Recherche
Accueil > Menu Gauche > LES PATHOLOGIES > Colon > Après la chirurgie

LE COLON


             INTRODUCTION              
                - Définition

                - Le Cancer du côlon
                - Les maladies non cancéreuses du côlon
                - Les autres maladies non tumorales

             PENDANT L'HOSPITALISATION
                - L'intervention
                - La veille de l'intervention
                - Le jour de la chirurgie
                - Le suivi opératoire
                - La phase de réveil 
     

             APRES LA CHIRURGIE              
               
- Le retour dans le service
                - Le retour au domicile
                - Les Conséquences et Complications
                - Les Complications
                - La surveillance au long cours

 

APRES LA CHIRURGIE

Retour dans le service

Le soir ou lendemain de l'intervention, vous serez levé.

Les sondes et  drains seront progressivement enlevés dans les jours suivant.
La durée d'hospitalisation varie de 3 à 8 jours après l'intervention.
Vous reprendrez l'alimentation progressivement, en général le lendemain, en commençant d'abord par la boisson puis progressivement les aliments solides.
Les pansements sont surveillés régulièrement. La reprise du transit intestinal marqué par l'émission de gaz est très importante et signe un retour vers la fonction normale.


Retour au domicile

Pendant votre convalescence, vous pourrez avoir une alimentation normale. Il n’y a pas lieu de donner de régime particulier. Progressivement vous pourrez reprendre une activité normale, au bout de 3 semaines si vous avez été opéré par coelioscopie.

Si vous avez été, opéré par laparotomie, c'est à dire avec une incision classique, il faudra porter une ceinture abdominale et la reprise d'activité normale se fera en moyenne 4 à 6 semaine après l'intervention pour les efforts physiques.


Conséquences et complications

Lors de l'ablation du colon sigmoïde, appelé sigmoîdectomie, le reste du colon prendra en charge la fonction initialement réalisé par le colon sigmoïde.

Pendant quelque temps votre transit pourra être modifié, mais comme avant l'intervention il existe fréquemment des troubles du transit, le retour vers la normale se fera progressivement.

Les complications opératoires :

Il s’agit des complications liées à toute chirurgie. On retrouve la phlébite, l’embolie pulmonaire, l’hémorragie et l’infection. Pendant l’intervention, il est possible à titre exceptionnel de convertir c’est-à-dire d’ouvrir, pour contrôler une hémorragie par exemple.


Parmi les complications propres à la chirurgie du colon, on retrouve :

Plaie de l’uretère : l’uretère qui conduit l’urine du rein à la vessie est très proche du colon sigmoïde et peut parfois être lésé, nécessitant l’intervention d’un urologue.

Anastomose excessivement fragile : une suture réalisée parfois dans des conditions diffficile sur des organes malades peut présenter un aspect jugé fragile. Un anus artificiel temporaire est alors réalisé pour protéger cette suture le temps nécessaire à la cicatrisation. Cet anus est refermé en moyenne 2 mois après.

Rupture de l’anastomose : celle-ci peut survenir dans les suites immédiates de l’intervention et nécessiter une reprise avec confection d’un anus artificiel temporaire.

Abcès de paroi : la chirurgie du colon est une chirurgie à haut risque d’infection, le colon étant un organe colonisé par des bactéries. Le traitement de l’abcès de paroi est simple et nécessite exceptionnellement une réintervention.



Au total, ces complications peuvent apparaître dramatiques mais restent exceptionnelles dans des équipes entraînées.




Les complications

L’abcès : la fièvre est très importante et la douleur élective à gauche

La péritonite : fièvre toujours importante avec douleur dans tout le ventre.

Les fistules : il s’agit d’une communication réalise par la maladie entre le colon et un autre organe : principalement la vessie et l’on retrouve des signes urinaires (infection, brûlures lors de la miction).

Diverticulose pseudo-tumorale : ce sont des signes équivalent à une tumeur : occlusion, ou masse dans le bas-ventre à gauche

Hémorragie : elles sont rarement graves dans la sigmoïdite.

L'occlusion : le patient ne peut plus évacuer les selles ou les gaz.


Surveillance au long court

Ce chapitre concerne les éventuelles consultations nécessaires après une intervention sur le colon



En cas d’intervention pour sigmoïdite :

Après une sigmoïdectomie pour sigmoïdite, les fonctions retrouvent leur normalité.

Sur le plan digestif, il n'y a pas lieu de réaliser de surveillance particulière. En effet il s'agit d'une maladie bénigne et aucun examen à titre systématique n'est justifié.

Si vous avez été opéré par laparotomie, c'est à dire avec une ouverture conventionnelle, le seul risque est l'éventration. Il s'agit de l'écartement des muscles par lâchage des sutures en dessous de la peau. Cette complication est détectée par votre médecin traitant qui motivera une consultation vers le chirurgien qui vous a opéré.
Une consultation simple 1 mois après avec le chirurgien est nécessaire pour contrôler le retour à la normale


En cas d’intervention pour cancer :


Le colon enlevé est analysé par des médecins anatomo-pathologistes pour évaluer le stade de la tumeur.

En fonction du stade une chimiothérapie est proposée afin de diminuer le risque de récidive. Cette chimiothérapie est réalisée au cours de séances de 2 heures et sans hospitalisation prolongée. Ses effets secondaires ne sont pas aussi violents que ceux des autres chimiothérapies.

Sur le plan digestif le retour à la fonction normale est habituel.

La surveillance est fortement conseillée. Elle est conduite par l’équipe en collaboration avec le médecin généraliste. Elle nécessite une radiographie des poumons, une échographie abdominale, une prise de sang et avec une fréquence plus rare une coloscopie. La fréquence de ces examens est définie dans chaque cas.


En cas d’anus artificiel (colostomie):


Lors de l’hospitalisation une stomathérapeute vous rend visite pour vous expliquer le fonctionnement et vous aider à dédramatiser. En effet cet anus artificiel qui peut apparaître comme une infirmité insurmontable au début, s’il est bien géré, il permet une vie normale. Vous croisez tous les jours des gens porteurs d’une colostomie sans vous en rendre compte !


www.colopast.fr/ECompany/FRMed/Homepage.nsf

















Créé le 18/03/2009
Dernière modification le 12/05/2009